Vacances itinérantes et zéro déchet? – by Camille

Zéro déchet en vacances itinérantes à l’étranger (Grèce) à 5? Challenge accepted !

Depuis que nous nous sommes engagés à produire le moins de déchets possible, c’est la 1ère fois que nous partions à plusieurs en vadrouille sans nos repères habituels.

Dans nos sacs à dos, une garde robe minimaliste, une trousse de toilette maison, le matériel de camping et notre kit zéro déchet (sacs à vrac; tuptup; mugs; gourdes; serviettes; couverts; assiettes)!

C’est parti pour 15 jours d’aventures!

Challenge 1: l’avion

Ah le fameux repas dans l’avion… Ne prenant pas souvent ce moyen de transport, je ne l’ai pas vu venir! Heureusement nous avions nos tasses et nos gourdes donc nous avons pu au moins éviter les gobelets jetables! Ce qui a bien fait rire l’hôtesse de l’air ;).

Challenge 2: l’hébergement

A notre arrivée à Thessalonique (ville riche architecturalement, jeune et branchée!!), nous avions réservé des lits dans une auberge de jeunesse: Thess Hostel. Honnêtement, je vous la recommande à 1000%! L’accueil est formidable, les dortoirs sont en fait des chambres de 2 lits…Et le must du must: un roof top des plus féérique, aménagé avec des palettes.

Pour le reste de notre voyage, nous avons dormi dans des campings. C’est le plus économique puisqu’en moyenne la nuit par personne coûte 6€! Et les vues sont à couper le souffle: aux pieds des Météores, surplombant la mer à Milos, sur la plage dans le Pélion…

Astuce camping: Tous les camping sont équipés de plaques de gaz, réfrigérateurs et électricité donc pas besoin de charger les sacs à dos! Aussi dans les Cyclades, certains camping louent des tentes.

Challenge 4 : les transports

Ces vacances se sont déroulées en deux temps:  la 1ère semaine en famille et la 2ème entre amis. Pour la 1ère semaine, nous avons fait le choix de louer une voiture à Thessalonique pour optimiser les temps de trajets et que ce soit le plus vivable possible pour notre petit bonhomme de 4 ans.

La 2ème semaine, nous sommes allés dans les Cyclades. Nous avons pris un train de nuit pour rejoindre Athènes depuis Thessalonique, puis un bateau pour rejoindre les îles. Sur place, nous n’avons pas loués de voiture mais utilisés les bus locaux, qui desservent très bien l’intérieur des îles. Economique et écologique!

Challenge 5: les courses & restaurants

Comme à la maison, nous ne partons jamais sans notre tote-bag, un tuptup et nos sacs. Grâce à notre kit zéro déchet, éviter les déchets a été très facile. Surtout que le vrac est PARTOUT en Grèce! Dans les marchés, vous n’avez que l’embarrât du choix: oléagineux; épices; olives; fromages à la coupe; graines; café… Et en plus, c’est beau! La plus petite épicerie propose des fromages  à la coupe ainsi que de la viande.

Le hasard faisant bien les choses, en me baladant dans Thessalonique, je suis tombée sur le grand marché ainsi que sur des épiceries vendant exclusivement du vrac! Comme une enfant dans un magasin de bonbons, j’avais envie de tout acheter!! Pour ceux qui souhaitent aller à Thessalonique, j’ai localisé ces boutiques sur l’appli BULK.

Etant itinérants, nous ne pouvions pas conserver beaucoup d’aliments. Nous nous faisions des salades dans nos tuptup et/ ou allions dans des petits restaurants. Pour les végétariens, la Grèce c’est le paradis! Tous les restaurants proposent des mezzé (assortiment de petits plats) ce qui nous a parmi de faire des découvertes culinaires incroyables: le dakos; la féta grillée au miel et sésame; l’incontournable salade grecque; poivrons marinés…A Thessalonique, je suis tombée (encore une fois par hasard) sur LE resto vegan: Roots, tenu pas trois bikers tatoués. Rien que pour la déco 100% récup’ et colorée je voulais rester! Et quand les plats sont arrivés… Hmm un délice pour les papilles!

Au niveau des prix, tout est très raisonnable. En moyenne, au restaurant, nous mangions pour 10€/pers sans se priver.

Zéro gaspi: les plats étant généralement copieux, nous ramenions les restes dans nos boites.

Au quotidien, nous faisions aussi de la cueillette sur les arbres fruitiers (figues et amandes)… comme à la maison! 

Challenge 6: les boissons

Si vous êtes déjà allés en Grèce, vous savez sûrement que c’est le paradis du café frappé! Tout le monde en boit et à toute heure. Nous les 1er! 😉 Nous avions toujours nos mugs et nos pailles. Pour les jus, nous remplissions soit une gourde soit un mug. Et pour l’apéro? Nous avions notre botte secrète…Le picon! Le vin et la bière n’étant pas des spécialités, nous avions anticipés ;).

Challenge 7: voyager à plusieurs

Dans notre périple, nous sommes partis avec des amies qui ne sont pas tout à fait dans la même démarche que nous. Malgré beaucoup de bonne volonté et une réelle envie de mieux faire, certains déchets n’ont pu être évités, comme des paquets de gâteaux; des gobelets jetables; des sacs plastiques… C’est dommage mais je sais que la prochaine fois sera encore plus positive!! Les petites graines du zéro déchet sont semées, il faut attendre qu’elles germent… Notre fils était évidemment de la partie et là aussi quelques déchets n’ont pu être évités. Des couches, un ballon gonflable percé, papiers de bonbons…

Challenge 8 : le tri / le compost

Bon là je ne peux pas le nier, c’est un échec total… En Grèce, même dans les villes, il n’y a pas de poubelles de tri. Le compost n’en parlons pas… Nous avons quelques fois jetés dans la Nature nos déchets verts mais ça n’a pas été la majorité du temps. Note à moi-même: être plus vigilante la prochaine fois.IMG_20160727_181200

Les seules poubelles de tri que nous avons vu

Bilan de cette aventure

Notre bilan environnemental est mitigé puisque vous l’aurez compris voyager à plusieurs, avec des convictions environnementales différentes, n’est pas évident. Nous avons encore des marges de progression mais globalement, nous sommes heureux d’avoir en parti relevé ces challenges. Nous nous attendions à rencontrer beaucoup plus de difficultés! Comme quoi, l’itinérance et le zéro déchet sont tout à fait compatibles. Pour les amoureux de la nature et des paysages à couper le souffle, je vous invite à aller dans le Pélion. C’est une région peu touristique, entre mer et montagne. Les villages perchés sont splendides!

Au niveau économique, vous l’aurez compris la vie sur place n’est pas cher du tout. En camping, comptez en moyenne 6€/pers/nuit, au restaurant 10€/pers, un café frappé 1.5€. Ce qui nous a coûté le plus cher au final, ça a été les transports (avion, voiture et train). Sans enfant nous aurions surement raisonnés autrement. Mais quelle aventure ce train de nuit!!

Au niveau humain, les grecques ont le cœur sur la main. Nous avons retrouvés cette simplicité de vie qui est si cher à nos yeux. Savoir se contenter de peu et être heureux malgré tout. Prendre le temps de vivre. A la fin de notre périple, nous avions appris à savourer cette heure de retard permanente dans les transports! 😉 Entre nous, ce voyage nous a permis de nous découvrir un peu plus et de tisser des liens forts.

Et vous comment avez-vous relevés ce défi zéro déchet en vacances? N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires, ça peut en aider certains.

IMG_20160722_142940

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s