Astuces zéro déchet pour les enfants # 1

Aujourd’hui nous allons parler des mioches, des bambins, des gnomes… des enfants quoi! Oui mais zéro déchet s’il vous plait!

Le sujet est très vaste et touche de nombreux domaines (vêtements, les soins, les fêtes, les loisirs, le sport…) mais nous allons vous donner quelques pistes pour une transition sans stress !

Les soins & l’hygiène

Qui dit enfants zéro déchet dit couches lavables! Chaque année, plus de 3 milliards de couches jetables sont utilisées en France. Ce qui représente environ 1 million de tonnes de déchets enfouis ou incinérés. Selon l’ADEME, un enfant utilisant des couches jetables de sa naissance à ses 2,5 ans (propreté), produit 1 tonne de déchets non-renouvelables (lingettes, couches jetables, coton).

comparatif-couche-lavable-et-couche-jetable-coût-de-la-couche-lavable-matières-premières-production-de-déchets-de-la-couche-lavable-consommation-d-eau-et-

Il existe donc des solutions pour éviter les couches jetables!

Concrètement, comment ça se passe?

Evidemment pour nettoyer les fesses des bébés, exit les lingettes : vous pouvez utiliser des lingettes lavables ou gants de toilette avec du savon. Pour hydrater le corps de toute la famille vous pouvez fabriquer votre liniment maison.

Sous la douche, privilégiez l’utilisation de savons solides et de shampoing naturel (le no-poo vous connaissez ?). Pour le gommage, astuce récup’ : le marc de café!

Après la douche, vous pouvez utiliser une crème visage, un déodorant que vous aurez fabriqué ! Vive la Slow cosmétique. Sans oublier la brosse à dents à tête interchangeable ou en bambou compostable.

Pour l’hygiène intime, vous pouvez utiliser des serviettes hygiéniques lavables et/ ou une CUP menstruelle.

*Astuces économie d’énergie : privilégiez les douches aux bains, vous consommerez moins d’eau et moins d’énergie ! 😉

L’alimentation

L’un des piliers du zéro déchet est de réapprendre à cuisiner et faire soi-même ! Promis juré, ça ne coûte pas plus cher et ça ne prend pas plus de temps que d’aller au supermarché un samedi avec un crapaud qui VEUUUUT ça…! (tu vois très bien de quoi je veux parler hein ;)) Moins de stress et plus de moments de qualité en famille.

Comment fait-on alors?

  • on remplace les gâteaux industriels par des gâteaux « maison » (pour épater la galerie: La Super Superette)
  • on remplace la compote nomade par de la compote maison
  • on remplace des jus industriels par des jus maison type smoothie !
  • on prépare le goûter pour l’école (exemple: un fruit, un gâteau maison, de l’eau / smoothie maison)
  • on prépare de bons petits plats le week-end pour être serein les soirs en semaine (pensez à faire des plus grosses quantités et à congeler)
  • Stop aux céréales emballées, vous en trouverez en vrac! Et pourquoi de pas les faire ! Les granolas maisons d’Antigone XXI… humm un délice.

Si vous avez peur que votre enfant se sente différent des autres au goûter ou lors des pique-niques, expliquez lui ! Expliquez lui les raisons de cette démarche, appuyez vous sur des livres (Les Zenfants zéro déchet), des dessins animés

Le petit plus: qui dit moins de produits industriels, dit moins de sucre donc moins d’énervements à la maison 😉 Et pour le côté pédagogique, cuisinez en famille!

Kit zéro déchet

Le kit de survie zéro déchet, on en parle ? Chez nous il comprend :

  • des sacs à vrac qui servent à tout ( vrac, goûters, bonbons, fruits…)
  • une gourde inox
  • des pailles
  • des boites hermétiques (verre ou inox de préférence)
  • des mouchoirs en tissu (qui peuvent aussi servir de serviettes)
  • des verres, des couverts et des assiettes réutilisables pour les piques-niques.

Astuce économique : n’hésitez pas à utiliser le matériel que vous avez déjà à la maison et remplacez au fur et à mesure par des matériaux plus écologique.

Nous sommes conscients qu’il y a beaucoup d’informations à digérer alors on vous laisse mûrir tout ça et on se retrouve pour la suite dans un prochain article ! 😉

Crédit image: Dave Engledow

Publicités

Défi Familles à alimentation positive

Comme certains d’entre vous l’avaient vu sur nos pages Facebook, fin juin, je me suis rendue à une réunion de présentation du Défi Familles à Alimentation Positive.

salad-2655915_1920

Mais qu’est ce que c’est me direz vous ?

Il s’agit d’un défi initié par Corabio (réseau situé en Rhône Alpes qui oeuvre au développement de l’agriculture biologique) et qui a pour but d’inciter les personnes à consommer plus bio et plus local que ce qu’ils ne font habituellement sans modifier leur budget.
Corabio est appuyé dans notre région par Bio Centre, le Graine Centre, la Région Centre Val de Loire et la Banque Populaire.
C’est Marion Nature (https://www.facebook.com/MarionNature/) qui accompagne les équipes du Loiret (Orléans) et du Loir et Cher (Sologne) et il y a 13 autres équipes accompagnées par 6 associations réparties sur toute la région. Au grand dam de nombres d’entre vous, les équipes qui débuteront le défi en septembre sont complètes !!!!!
Rassurez vous, une deuxième session est déjà programmée en juin 2018. On ne manquera pas de relayer l’info 😉

Concrètement, comment ça se passe ?

C’est assez simple. Le but pour chaque équipe est de s’échanger bons plans, bonnes adresses, bons tuyaux et bonnes pratiques… afin d’accentuer sa consommation de produits bio et locaux sans pour autant augmenter son budget « courses ». Pour cela, des ateliers sont organisées tout au long du défi qui se tiendra de septembre 2017 à avril 2018. Ils seront l’occasion de cuisiner ensemble, de visiter une exploitation bio…
Individuellement, chaque foyer devra, trois fois deux semaines durant la période du défi, entrer dans un logiciel absolument tout ce qui a été acheté dans le but de se nourrir en précisant le poids, le prix, bio ou non, local ou non. Cela permettra d’avoir une vision de son budget et sa façon de consommer.

money-2159310_1920

Il n’y a rien à gagner sauf l’envie de faire évoluer sa consommation ou de se maintenir dans ses idéaux de manger le plus sainement possible. Par ailleurs, les rencontres qui s’annoncent riches et intéressantes de manqueront pas de créer du lien, celui par lequel on avance tous, à petits pas vers un monde meilleur pour soi et pour les autres.

Pour ma part, je suis inscrite et je ne manquerai pas de vous tenir au courant tout au long du défi de nos évolutions (ou non ;)).

Une rentrée des classes « presque » zéro déchet

Le mois d’août est bien entamé, les vacances sont presque passées et la rentrée des classes se profile à l’horizon. Il est temps de penser aux fournitures scolaires des enfants ! Mais devant les listes de fournitures parfois excessives et le choix en rayon des supermarchés, il est difficile de s’y retrouver.

Comment préparer la rentrée des enfants en conciliant qualité, durabilité et écologie?

joe-shillington-240205

1. Faire le point et le tri

Dans un premier temps, faites un bilan de vos stocks et récupérez ce qui est possible de l’année précédente, comme les pochettes plastiques, classeurs, protège-cahiers, feutres/crayons, taille-crayon, ciseaux etc. Cela fait déjà ça de réutilisé. On évite ainsi la production de nouveaux produits et cela permet aussi de réaliser des économies ! Intéressant non ?!

Dans la trousse, vérifiez que les ciseaux, le compas et les stylos ne manquent pas et sont opérationnels. Les feutres sont contrôlés un à un et éventuellement complétés. N’hésitez pas à lister ce dont vous avez besoin.

Le cahier de texte ou l’agenda sont évidemment à renouveler, mais les anciens cahiers non remplis peuvent faire office de cahiers de brouillon. Les pages vierges restantes des anciens cahiers partiellement remplis sont simplement détachées et conservées pour les brouillons également.

Une fois cela fait, pourquoi ne pas aller faire un tour chez Emmaüs / La Ressourcerie, etc… A Orléans, vous trouverez certainement votre bonheur  à La Ressourcerie AAA. Vous y trouverez des classeurs, cahiers, crayons, etc… Il est possible de se les procurer à la pièce, sans emballage et de seconde main ! Il est aussi possible de trouver le sac et les trousses.

Pour la calculatrice demandée au collège/lycée, elle est onéreuse mais la plupart du temps, on peut la trouver sur LEBONCOIN, DONNONS.ORG... (Attention, pour les examens à partir de 2018, les calculatrices devront être homologuées pour éviter les fraudes). Quant aux livres et petits classiques, pensez à les acheter d’occasion.

dawid-malecki-42536

2. Consommation, marketing et écologie

Il ne sert à rien de tout racheter neuf chaque année. Évitez les pièges du marketing, comme les enseignes de supermarchés qui vous proposent de reprendre l’ancien cartable contre un bon d’achat de 10 €. Certes c’est alléchant, mais cette opération n’a lieu que pour vous pousser à la consommation. Vous ne ferez aucune économie si le cartable de votre enfant est en bon état et ne nécessite pas d’être renouvelé (or il est spécifié que le cartable doit être en bon état). Cherchez l’erreur…

Les enfants sont quant à eux très sollicités au niveau marketing. Pas toujours évident de ne pas désirer le cartable de ses rêves à l’effigie de la Reine de Neige ! En tant que parents, c’est à nous d’être vigilant aux matières et la provenance. Si le sac est fabriqué en Chine, en matière plastique : il est potentiellement bourré de perturbateurs endocriniens et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Préférez des produits (cartables, trousses…) écofriendly. Les marques le Coq en Pâte (maternelle), Mon Petit Cartable (maternelle), Tann’s (maternelle, primaire et collège) proposent des cartables, des trousses et même des agendas (pour la marque Tann’s) fabriqués à partir de matières responsables, recyclées et écologiques. N’hésitez pas à en parler avec vos loulous, ils sont plus réceptifs que vous ne l’imaginez 😉

3 – Comment choisir?

Le bon choix est celui qui est réfléchi et qui répond à vos besoins. N’hésitez pas à comparer, vous informer, chercher ailleurs. La marque n’est pas forcément gage de qualité et de confiance. Les produits discount ne valent pas toujours les produits de marque. Lisez les étiquettes, prenez le temps.

Astuce : faites vos courses scolaires pendant les vacances, au calme. Vous éviterez ainsi la foule de la rentrée.

Privilégiez des matières solides et naturelles, des crayons à papier et de couleur comportant le label FSC qui indique que le bois utilisé est issu de forêts gérées raisonnablement, les cahiers et les feuilles à carreaux en papier recyclé, les règles et les taille-crayon en métal. Choisissez des stylos rechargeables comme des stylos plumes.

Astuce: Savez vous qu’il existe des STABILO rechargeables ? N’hésitez pas à vous renseigner dans des boutiques comme Bureau Vallée.

Optez pour la colle UHU (la seule colle en stick qui colle vraiment) avec une formule sans solvant et un emballage éco-conçu à 58%. Sans doute un brin de green-washing mais c’est mieux que rien.

Astuce: Il est possible de faire sa colle soi-même ! Pour cela, faites épaissir un mélange de farine et de maïzena dans une casserole remplie d’eau. Voir la recette dans le livre pour enfants de la Famille Presque Zéro Déchet .

pichonjeremie-more-zenfantszerodechet-9782365492133_0.jpg

A la place des protège-cahiers en plastique, vous pouvez les fabriquer vous même en tissu par exemple. 

Si votre enfant est amené à manger à l’extérieur, choisissez ensemble une boite hermétique / bento / lunch box afin de pouvoir emporter la nourriture le midi. Proposez-lui aussi une bouteille/thermos pour ne pas succomber aux bouteilles plastiques. Le site Sans BPA propose de nombreux produits durables pour des goûters heureux et zéro déchet !

IMG_20160314_074541

4 – Sensibiliser les enseignants

La liste interminable de fournitures scolaires est un phénomène récurrent et incompréhensible… Non seulement ça coûte une petite fortune, mais en plus, c’est un véritable fardeau pour notre petite planète. Si vous en avez l’occasion (et avec diplomatie évidemment), essayez d’entamer une discussion avec les enseignants de vos loulous à ce sujet, la plupart seront sans doute réceptifs à vos arguments.

Et vous, elle ressemble à quoi la rentrée scolaire de vos loulous ? Dites nous tout en commentaires. Quelles sont vos astuces pour maîtriser votre budget « rentrée » et qu’elle soit la plus respectueuse de l’environnement possible ?

Crédits image: Et Dieu Créa; Unsplash

Les rencontres mensuelles

Ce mode de vie t’intrigue et tu veux en savoir plus sur le zéro déchet?

Tu aimerais apprendre à fabriquer tes produits maison mais tu n’oses pas te lancer?

Tu veux discuter avec des personnes qui ne te prendront pas pour un fou?

Tu es libre le 11 de chaque mois?

Nos rencontres mensuelles sont faites pour toi!!!

Nous organisons le 11 de chaque mois, une rencontre sur un thème en lien avec le zéro déchet (fabrication de crème solaire; pique-nique zéro déchet; confection de sac à vrac…).

Pour ne rien louper:

 

A bientôt!

A 51 ans …j’ai testé la cup !

Lors d’une soirée « presque » filles où notre petit groupe « Zéro Déchet Orléans » a abordé pléthore de thèmes plus passionnant les uns que les autres, nous dérivons  sur un sujet purement féminin: Les règles et comment les gérer!

Perso, je suis de la génération pilule et stérilet bourrés d’hormones et de tampons imbibés de Roundop !!! berk berk berk ! Mais comment fait donc cette nouvelle génération ???

Ayant une devise depuis de nombreuse années « Ne pas mourir idiote !», j’accepte la proposition de mes deux « un peu plus » jeunes copines de tester la cup.

C’est parti ! L’une d’elle va chercher une cup et mon premier cours commence. C’est la première fois que j’en touche une (ouiiiiiii).

Stériliser la bête (normal) avant l’utilisation, puis démonstration des deux façons de la prendre pour bien la positionner …. Ça parait simple ! Explications de « comment l’enlever » … là, ça me semble tout de suite plus hasardeux…. (je ne sais pas pourquoi, je sens au ça va être sympa… ☺).

Option n°1 : tu fais ça dans les toilettes. Je comprends que pour l’enlever, il faut pincer la cup pour faire du vide et tirer…

Option n°2 : tu fais ça dans la salle de bains ou les toilettes quand tu n’as pas le choix, mais dans les deux cas « tu te dessapes entièrement »©…. Hum hum… me dis je …

Me voilà le lendemain fine prête pour mon test grandeur nature !

Cup

JOUR 1 

Je stérilise la bestiole et me voilà concentrée dans ma salle de bain sur sa prise en main et son introduction…

Première tentative : ratée ! Elle est toute pliée à l’intérieur

Deuxième tentative : ratée ! Elle n’est pas positionnée assez profondément et je sens la tige qui me gêne.

Troisième tentative : Yes ! Ça semble impeccable.

Je ne sens pas la cup. Tout semble se passer normalement… Cependant, j’ai un rendez-vous en ville où je me rends à vélo. Aïe ! La découverte expérimentale c’est bien, mais je décide de faire une pause.  C’est trop tôt pour moi « cup et vélo »… Donc J’enlève tout. Je vais dans ma salle de bain, je ne me déshabille pas et tout se passe bien. J’essaie de la pincer pour faire de l’air mais je n’y arrive pas. Pas grave, je tire sur la tige de la cup que j’ai laissée (la tige), et j’ai bien fait, ça m’a vraiment aidé à l’enlever. Ça fait un peu ventouse mais ça va, ce n’est pas douloureux. Un bon nettoyage eau et savon et je la délaisse provisoirement sur mon lavabo.

En rentrant, je relance l’expérimentation ! Encore deux tentatives pour l’installer comme il faut. Tout va bien. Les filles m’avaient prévenues qu’il fallait du temps pour attraper le coup de main, qu’il ne fallait pas se décourager (pas mon genre ☺) et que lorsque l’on a goûté à la cup on ne veut plus revenir en arrière.

En fin d’après-midi, je décide de voir ce qu’il en est et de la vider. Comme pour la première fois je baisse le pantalon et je tire…. oups… la cup résiste… Je tire plus fort et là … flop, il y en a partout sur mon pantalon, mon tapis de salle de bain. Une petite voix me dit …option n°2 : « c’est mieux de se dessaper complètement »…   Je comprends mieux l’utilité du conseil… 🙂  Ce n’est pas grave, je reste mobilisée.

JOUR 2

Me revoilà dans ma salle de bain. WAHOUUU ! du premier coup ! Je suis fière de moi !

Cette journée sera la dernière de mon expérimentation faute de cycle abondant. Tout s’est très bien passé. J’y suis allée plus doucement.  Plus d’acte de bourrine pour l’enlever même si j’avais bien pris soin de me dévêtir. ☺

Conclusion

Je signe pour la cup !

Aucune gêne et surtout sans risque pour la santé.

coupemenstruelleaff

Il faudra toutefois que je m’habitue à l’utiliser à l’extérieur de chez moi et que je teste le vélo une prochaine fois mais c’est un bon début. Pour mes débuts à l’extérieur, je prévoirai sans doute un gant de toilette dans une pochette et une culotte de rechange, voire un pantalon pour être tout à fait rassurée…

Merci  les Filles de m’avoir fait si gentiment découvrir la cup et  vivre cette expérience !!!

Pour connaître les lieux #cupsafe c’est par ici

clean-your-cup-prof-pic-blanc-300x300

Crédit image: Kaizen Magazine, Dans ma culotte, My berry style

Bureau – Pot de départ zéro déchet

Ah le fameux pot de départ, un incontournable quand on quitte une entreprise!

Voici quelques pistes pour organiser un pot de départ convivial et zéro déchet 😉

Les boissons

Si vous avez la chance de trouver près de chez vous de la vente d’alcool (vin, spiritueux…) en vrac c’est le jackpot! Sinon certaines enseignes comme V&B vendent dans des bouteilles consignées. Dans l’agglo orléanaise 2 boutiques vendent des spiritueux en vrac: Rose & Léon et la Cave du Tire-Bouchon

Pour les boissons sans alcool, vous pouvez faire vous même des smoothies, limonades, kéfir de fruits et autres jus avec des fruits locaux et de saison.

Pensez à apportez vos pailles réutilisables si besoin.

Idées de smoothie: Limonade aux fraises, oranges & érable ; Limonade à la menthe fraîche; Limonade au zeste de citron, à l’orange & à l’anis

Les contenants

Comme à la maison, exit les gobelets jetables et les couverts à usage unique. Des solutions plus durables existent: les « vrais » verres en verre, les verres réutilisables type ecocup ou même votre tasse à café de tous les jours! 😉 (vous avez bien ça au bureau j’espère!!). Aussi, si vous avez la chance d’avoir une cantine d’entreprise, vous pouvez leur demander qu’ils prêtent des verres et pourquoi pas aussi des couverts et des assiettes. Et hop le tour est joué! Sinon vous pouvez apporter votre réserve personnelle.

La nourriture

Imaginez le pot de départ comme un grand apéritif comme à la maison. Faites vous une liste de ce que vous voulez cuisinez puis votre liste de course. Cela vous permettra d’acheter sans stress tous les produits dont vous avez besoin, avec vos repères habituels et aussi de maîtriser votre budget en éliminant d’entrée les petits plats tout prêts vendus en supermarché.

Idées salées: houmous; pois chiches grillés; guacamole; Bouchées mozzarella/ courgettes; cakes; rouleaux de printemps; crudités à la croque…

Idées sucrées: rochers coco; cannelés; bouchées sésame; muffins chocolat; tarte chocolat cru; salade de fruits…

Alors challenge accepted?

Avez vous déjà relevé ce défi? Si oui dites nous comment vous avez fait en commentaire, on adore partager des anecdotes avec vous! 😉

 

 

 

Fabrication crème solaire

Avec les beaux jours qui arrivent, un indispensable va envahir vos sacs: la crème solaire!

Que vous soyez en vacances au bord de l’eau, en montagne ou que vous travaillez tout simplement dehors, on  ne vous conseillera jamais assez de vous protéger avec de la crème solaire régulièrement et de ne pas vous exposer aux heures les plus chaudes.

Ici on adore le blog Les Trappeuses, très bien documenté avec de nombreuses recettes, des conseils, des partages d’idées… Adieu perturbateurs endocriniens et autres produits non identifiés, à nous l’écran solaire minéral home-made!

Concernant les ingrédients, c’est une base de crème hydratante avec de l’oxyde de zinc pour la protection. Nous avons acheté l’oxyde de zinc en vrac à la pharmacie Croix Morin à Orléans (9.90€ les 230g). Sur conseil du pharmacien, il faut tamiser l’oxyde zinc avant utilisation. Cet écran solaire minéral correspond environ à un indice 20.

ZDO_creme_solaire

Plus d’info: http://lestrappeus.es/recette-de-creme-solaire-diy/

Bon maintenant on attend vos photos ensoleillées en commentaires sans coup de soleil! 😉

Clean Your Cup à Orléans

Tu as déjà une CUP menstruelle ou tu n’oses pas sauter le pas de peur de ne pas savoir où la nettoyer!?

Pas de problème, Clean Your Cup est là pour nous aider! #cupsafe

« Notre mission

Notre mission est double : d’une part, nous souhaitons signaler aux utilisatrice-teur.s et futur.e.s utilisatrice-teur.s d’une coupe menstruelle que des endroits offrant un espace identifié #cupsafe sont nombreux à travers le monde ; d’autre part, nous souhaitons démocratiser l’utilisation de la coupe menstruelle qui est une des solutions les plus écologiques et économiques à l’écoulement sanguin périodique. Plus d’infos sur la coupe menstruelle par ☛ici.

Notre démarche

Certaines personnes hésitent à utiliser une coupe menstruelle redoutant d’avoir à rincer l’objet dans un espace public ne proposant pas de point d’eau clos. Clean your cup a pour mission de référencer ces endroits afin de rendre la vie plus facile aux personnes utilisatrices de coupes menstruelles pendant leur cycle ! Ainsi, tout espace public identifié sera référencé sur notre site. »

Nous avons déjà identifié quelques lieux qui nous permettent d’utiliser une CUP en toute sérénité. Si vous souhaitez en ajouter d’autres, n’hésitez pas à contacter Fanny par mail hello@cleanyourcup.com ou par message privé via la page Facebook !

Interview de Blandine, maman ZD de 3 loulous :)

Qui es tu Blandine ?

Je suis une femme et une maman de 34 ans qui a 3 enfants de 5, 3 et 2 ans. Je suis une professeure des écoles qui exerce ses fonctions en Région Nantaise. Je briefe bien mes élèves sur le développement durable, le zéro déchet… et je me réjouis des pratiques qu’ils exercent déjà chez eux (compost, vrac). J‘ai inscrit ma classe à la thématique « le meilleur déchet c’est celui qu’on ne produit pas » qu’a proposé Nantes Métropole aux écoles. Du coup, on a eu une animation tri, une autre sur la consommation responsable et une dernière sur la visite d’une Ressourcerie.

 Quest ce qui ta amené vers le ZD ?

 J’ai été éduquée dans une famille où la qualité a toujours eu une bien meilleure place que la quantité. Chaque achat devait être mûrement réfléchi ; la nature et l’environnement avant le reste. Toutefois, il n’a jamais été question de « gérer nos déchets » chez nous (hormis le recyclage qui, par contre, nous valait une leçon en cas d’erreur de notre part).

En Août 2014, j’ai lu « Zéro Déchet » de Béa Johnson et ça a été la révélation pour moi, une prise de conscience, le doigt dans l’engrenage et hop, j’embarquais ma petite famille dans l’aventure ZD.Depuis, on progresse, on stagne, on régresse parfois pour mieux se reprendre aprèmais le décès de mon père l’année dernière me pousse davantage encore dans mes convictions. Il était très attentif à la nature sous toutes ses formes ; cela me pousse à continuer, à persévérer pour lui, pour ma famille ! J’y crois et je pense vraiment que l’avenir est là-dedans !

 Satisfaite de ton bilan 2016 ?

 Oui, même si mes poubelles sont encore trop pleines à mon goût… On ne compte pas… Et comme nous avons régulièrement du monde à la maison qui vient dormir, en général on a de grosses poubelles qui sortent quasi tous les jours. En général ça me rend folle et je suis ravie de retrouver ma maigre poubelle!

Le bilan 2015 était bien meilleur à vrai dire puisque nous étions dans nos débuts. Pour 2016, nous avons fonctionné sur nos acquis

 Vers quoi tends tu en 2017 ?

 Je souhaite réduire mon empreinte carbone. En effet, pour ma part, je ne peux pas concevoir le ZD sans prêter attention aux déchets invisibles. Que ce soit dans mes achats : préférer le local pour l’alimentation, le vestimentaire/l’accessoire/l’ameublement… (vide-greniers, sites d’occasion et échanges en mains propres…) ou dans ma façon de me déplacer : préférer le vélo, la marche, les transports en commun… dans tous les déplacements courts. Nous sommes bien situés (dans l’agglomération Nantaise) donc cela est envisageable. De plus, j’aimerais faire pousser mes propres légumes également (notre jardin n’est pas très grand) mais en permaculture peut-être qu’il y aurait quelque chose à faire. Pour l’instant nous sommes affiliés au « panierbiosolidaire » mais nous avons encore à le compléter parce que ma famille n’est constituée que de gros mangeurs

Mais en fait, le ZD avec des enfants (3!), cest possible !

 Oui c’est possible quand ils ne ramènent pas des « trucs » venus d’on ne sait où !! Ils grandissent dans un environnement ZD alors du coup, ils sont déjà sensibilisés aux déchets. Ils nous demandent régulièrement si telle ou telle chose va au compost ou au recyclage. Lorsqu’ils marchent dans la rue et qu’ils voient des déchets par terre, ils ont tendance à vouloir tout ramasser. 

Quant au bébé ZD c’est super facile ! Et en plus c’est « pas cher » : allaitement, couches lavables, toilette à l’eau et savon si nécessaire, vêtements achetés en seconde-main en vide-greniers qui en regorgent. 

Quant aux jeux, ils s’amusent avec rien alors à quoi bon… Cela est top pour titiller leur imagination. S’il faut acheter et bien là encore, le vide grenier ou les sites d’occasion…. Ils se moquent si c’est neuf ou un peu abîmé … ! Pour les anniversaires et Noël, finalement c’est plus compliqué pour notre entourage qui a du mal à passer le cap de l’occasion ! Ici, on privilégie les « moments à vivre » (billets pour aller voir un spectacle).

 

Pour finir, parle nous un peu du ZD vers Nantes, où tu habites.

  • Nantes est une ville en transition énergétique. Elle est très active sur le plan environnemental.
  • Il y a quelques magasins vracs dont un qui s’évertue à ne se fournir qu’en produits locaux.
  • Les listes d’attente sont longues pour s’affilier aux amap… même si finalement, elles commencent à se faire nombreuses… ! C’est bien, cela signifie que le mouvement est clairement en marche.
  • En Septembre 2017, le premier supermarché coopératif devrait ouvrir ses portes !

Enfin, dans l’une des écoles de mon village, les élèves sont sensibilisés au ZD à la cantine et au goûter. Ils sont invités à réduire le gaspillage par la pesée de ce qui a été mise à la poubelleIls testent sur une semaine le goûter zd et sur cette même semaine une pesée de l’avant et de l’après pour calculer le gaspillage…

Merci beaucoup Blandine de nous avoir accordé du temps pour ce témoignage plein d’espoir !

Et pour avoir des enfants ZD, n’oubliez pas notre rencontre du 11 avril 😉

 

Autopsie de notre poubelle du mois de mars !

Ca y est, le verdict est tombé il y a quelques jours, plus précisément le 31 mars au soir : 431 grammes de délit ! Mais on avance on avance et on finira par la réduire presque à néant cette fichue poubelle !

Pêle mêle vous pouvez voir :

  • Chutes de tissus que je pourrais conserver pour du rembourrage mais aucun projet de prévu et j’ai un peu de mal à stocker 😉
  • l’emballage d’une commande réalisée sur Internet
  • des filets : boîtes de sardines en lot et boules de graisse pour les oiseaux
  • chute de papier peint. Et oui chez nous la papier peint est noir pailleté 😉
  • 2 emballages de médicaments
  • du plastique à profusion… HAAAAAAAA !!!!!!
  • deux récipients plastiques rapportés de mon établissement scolaire où, n’ayant pas eu le temps de manger, je me suis rabattue sur la production de mes élèves, mais malheureusement déjà emballée 😦
  • 2 rasoirs. CECI EST UN APPEL : merci mon chéri de passer au rasoir papillon DANS LES PLUS BREFS DELAIS
  • 2 BAD que nous vous déconseillons de marque Monte Bianco => elles n’ont fait que quelques jours…
  • un emballage de charbon purificateur d’eau
  • 2 pots de yaourts : nous nous en servons pour faire nos yaourts maison
  • Un emballage de shampoing anti pelliculaire
  • Un antivol de vêtement, une bobine de fil vide et des petites merdouilles
  • j’allais oublier les bandes magnétiques des tickets TAO
  • et enfin, qui n’est pas sur la photo, un pot de yaourt en verre (paix à son âme…)

Si vous savez comment éviter certains de ces déchets, à vos claviers !!!!! On compte passer sous la barre des 300g en avril !!!!! HELP !

Si vous aussi vous voulez suivre votre progression, inscrivez vous au défi  « Pesons nos poubelles ». Ensemble, on avance durablement! 😉